Le Musée Les Collections Léo Lelée

Les Collections Léo Lelée

Leopold Lelée est né en Mayenne en 1872. Le bac en poche, et déjà du talent remarqué lors de concours de dessin, il rentre à l’école Nationale des Arts Décoratifs puis à ‘école Nationale supérieure des Beaux Arts.

A Paris, il intègre le mouvement « Art Nouveau » et la qualité de ses affiches où se mêlent femmes et fleurs lui confère déjà une certaine notoriété.

Illustrateur de livres scolaires, dessinateur et grand aquarelliste, c’est en Provence que l’instinct le pousse. Arles, la grande cité romaine, le séduit et il est séduit à son tour par une jeune arlésienne, Rosa, qu’il épousa en 1903.

Et bientôt il saisira tous les détails de cette ville et de ses habitants. Il relève et révèle la beauté des filles d’Arles, du quotidien aux grands jours. Le rythme des danses et des farandoles, le tournoiement des jupes retenues à la taille, l’étoffe légère virevoltant en plis drapés.

Pas un détail de parure, de coiffure, de parement, pas un geste de coquetterie n’a échappé aux yeux de l’artiste. Il a observé amoureusement la silhouette des Arlésiennes, que ce soit par leurs mouvements ordinaires ou leurs attitudes typiques pour les reproduire fidèlement dans ses œuvres.

Toutes les coutumes et scènes de la vie des arlésiens furent dépeintes sur ses toiles:  Théâtre antique, Arènes, marché, feux de la Saint-Jean, bohémiennes et Saintes-Maries-de-la-mer.

Une grande exposition eut lieu au sein du Musée Souleiado en 1992, réunissant pour la première fois toutes les Reines d’Arles, en hommage au peintre Léo Lelée et à l’ensemble de ses œuvres.

 

Le Musée vous invite à découvrir quelques unes de ses œuvres, Quatre Tableaux, printemps, été, automne, hiver. Quatre saisons en quatre lieux mythiques : Le théâtre antique, les arènes, les alyscamps et le cloître Saint Trophime. La farandole ainsi que des esquisses de costumes d’arlésiennes du peintre.

 

Le Musée Les Collections Léo Lelée
> Voir notre profil facebook